Vaccinations chez l'enfant

الموضوع في 'الطـــب' بواسطة أبو محمد ياسر إسلام, بتاريخ ‏28 ديسمبر 2011.

  1. أبو محمد ياسر إسلام

    أبو محمد ياسر إسلام طاقم الإدارة مشرف





    VACCINATIONS
    (Dr FOUKROUN - Février 2009)​
    I- GENERALITES ;
    1 / Définition : La vaccination est un procédé d'immunisation qui a pour effet de réaliser artificiellement et sans les risques que comportent les maladies infectieuses, l'état d'immunité que celles-ci entraînent.
    2/ Intérêt :

    - C'est la prévention des maladies infectieuses ;
    - L'immunité conférée per le vaccin permet d'éviter la maladie ou ses formes graves
    3/ Procédés d'immunisation :
    Deux procédés d'immunisation existent :
    -Sérums ou gammaglobulines : introduction dans un organisme d'anticorps préalablement formés par un autre organisme créant une immunité passive de durée limitée ( 6 semaines)
    -Vaccination : pénétration dans l'organisme d'anticorps microbiens qui mettent en branle les mêmes processus immunitaires de formation d'AC que l'infection créant comme dans l'infection, une immunité active humorale, cellulaire ou mixte.
    II- CONDITIONS PREALABLES A LA VACCINATION :
    Pour que le développement d'AC s'effectue dans les meilleures conditions, il est nécessaire que soient réunies un certain nombre de conditions qui tiennent :
    . les unes à la préparation vaccinale
    . les autres à la façon d'administration du vaccin et à l'organisation même de la vaccination.
    1/ Caractéristiques d'un bon vaccin :
    •Un bon vaccin doit être fortement antigénique, c-à-d capable d'exercer une bonne stimulation du système de formation anticorps ;
    •La qualité antigénique des vaccins varie selon qu'ils sont constitués de germes ou virus vivants ou tués ;
    •Les germes ou virus présents dans les vaccins vivants ont de ce fait une action antigénique plus puissante et durable que les mêmes germes ou virus tués ;
    •Il faut une proportion plus élevée de germes ou de virus dans les vaccins tués que dans les vaccins vivants : cette proportion influence directement la valeur antigénique du vaccin ;
    •Les vaccins vivants sont plus sensibles aux conditions extérieures particulièrement la température et la lumière, d'où la nécessité d'un maintien en glacière : + 4 °C et à l'abri de la lumière.
    2/ Méthodes de préparation des vaccins :
    Les vaccins sont de différentes natures. L'antigène peut en effet être :​
    •Corps microbiens tués : vaccins typhoidique,cholérique,coquelucheux
    •Germes atténués : BCG
    •Produits chimiques dérivés du germe :
    o Anatoxine diphtérique et tétanique : traitement par le formol et la chaleur des exotoxines qui perdent leur toxicité tout en gardant leur pouvoir antigénique
    o Les antigènes polysaccharidiques capsulaires extraits des souches A et C du méningocoque
    • Vaccinations antivirales :
    o Virus inactivés : vaccin antipolio injectable (virus tué par le formol) o Virus atténués : anti-rougeoleux, anti-polio oral​

    III- BASES IMMUNOLOSIQUES DES VACCINATIONS :
    1/ Développement des réactions immunitaires chez l'enfant :
    Le système formateur d'AC du nouveau-né subit une maturation progressive. Le fœtus normal synthétise peu d'AC.
    Dès la 10è-12è semaine de vie intrautérine, le foetus commence à recevoir par voie transplacentaire les principales protéines notamment IgG qui sont les seules à traverser la barrière placentaire. Celles-ci sont détectables à partir du 3è-4è mois et atteignent des taux adultes à terme.
    L'organisme du jeune enfant est capable dès la 6è-8è semaine de réagir à une stimulation antigénique vaccinale par une production d'AC immunisants : IL PEUT ETRE VACCINE !
    L'immunité cellulaire peut se développer dès la naissance.​
    L'inactivation immunologique du nourrisson se traduit par un taux AC pratiquement nul après la première injection vaccinale mais le taux obtenu après la troisième injection vers le 'è mois va de pair avec une protection clinique qui va en diminuant d'où intérêt des vaccins de rappel.
    2/ Etude immunologique :
    Les cellules qui interviennent dans la réponse immunologique sont de deux types :​
    •Macrophage : sans spécificité antigénique ; ils déclenchent la réponse immunitaire en captant et phagocytant les antigènes afin de les présenter aux cellules immuno-compétentes : les lymphocytes ;
    •Lymphocytes :
    Le support de la spécificité immunologique des lymphocytes est l'existence de récepteurs sur la membrane cellulaire ;
    o Les lymphocytes T = sont responsables de l'immunité cellulaire, agissant par contacts​
    cellulaires directs ( on distingue les lympho.T helpers ou CD4 et les lympho.T suppresseurs ou CD8 )​
    o Les lymphocytes B = sont responsables de l'immunité humorale ; ils reconnaissent les antigènes et se transforment en plasmocytes sécrétant des AC de classes IgM, puis IgG, IgA, IgD et IgE. Les IgM sont les premières immunoglobulines à apparaître lors dela primovaccination puis les IgG apparaissent secondairement et persistent longtemps. Ils sont le support de l'immunité durable.
    IV- MECANISME D'ACTION SELON LA NATURE VACCINALE :
    1/ Les vaccins tués :

    Stimulent les cellules immunitaires qui fabriquent des AC spécifiques. Cette réaction nécessite plusieurs injections :
    o lère injection : « préparante », sensibilise les cellules immunitaires ;
    o 2èmc injection : « efficace », taux d'AC assure la protection ;
    o 3ème injection : « consolidation » .renforce et maintient l'immunité acquise. Après quelques mois, le taux d'AC diminue d'où la nécessité d'injections de rappel qui vont permettre le maintien des AC à un niveau efficace.
    2/ Les vaccins vivants :
    Créant une infection inapparente avec apparition d'AC neutralisants. Une seule vaccination suffit comme dans la rougeole. L'immunité conférée est spécifique et peut être humorale, cellulaire ou mixte.
    3/ Les vaccins adsorbés :
    Dans cas vaccins, on ajoute aux particules antigéniques un stimulant non spécifique de l'immunité qui va accroître le pouvoir immunogène du vaccin.
    Ces substances sont : l'hydroxyde d'alumine, le phosphate de calcium, qui, in vivo au lieu de l'injection créent un petit nodule sous-cutané : « granulome vaccinal » dans lequel s'élaborent les AC après afflux de macrophages.
    Les vaccins adsorbés se résorbent lentement, libérant graduellement l'antigène qui ainsi, stimule de façon plus durable le phénomène immunitaire, notamment le ganglion lymphatique régional.
    4/ Association vaccinale :
    Sont très recherchés et souhaitables. Il est recommandé de ne pas associer plus de 5 vaccins à la fois.
    V- CALENDRIER NATIONAL DES VACCINATIONS :
    Voir dernière feuille.
    VI- FACTEURS INTERVENANT DANS LA REPONSE VACCINALE IMMUNITAIRE :
    4 facteurs conditionnent l'efficacité du vaccin :​
    •Présence ou absence d'AC maternels (AC maternel inhibe le vaccin antirougeoleux)
    •Nature et dose de l'Ag administré
    •Mode d'administration du vaccin
    •Utilisation ou non d'adjuvant
    D'autres facteurs liés à l'hôte interviennent : âge, constitution génétique, état nutritionnel, immunocompétence du sujet, présence d'une pathologie concomittante.


    VU- CONTRE-INDICATIONS DE LA VACCINATION
    1/ Temporaires :
    -sujet en convalescence
    -sujet atteint d'affection aiguë
    -sujet fébrile
    -pyodermite ou éczema
    2/ Durables :
    o Maladie chronique évolutive ( cardiopathie, néphropathie,etc)​
    o Vaccins vivants atténués : traitement immunosuppresseur, déficit immunitaire congénital​
    3/ Particulières :
    -Anti-coquelucheux : encéphalopathies ou atcd de convulsions
    -Anti-rougeoleux : leucémie, syndrome malin généralisé, traitement corticoide ou immunosuppresseur, déficit immunitaire important, injection récente de gammaglobulines
    4/ Vaccinations déconseillées :
    En cas d'épidémie, sauf celles destinées à lutter contre l'épidémie en cours.​
    VIII- ETUDE DES DIFFERENTS VACCINS OBLIGATOIRES EN ALGERIE :



    1/ BCG:


    Le BCG, ou bacille de Calmette et Guerin est un vaccin bactérien atténué dérivé du bacille de Koch bovin.
    Il s'agit d'un vaccin à médiation cellulaire.​
    Population cible : le BCG doit être administré à tous les nouveau-nés quelque soit leur poids de naissance et leur terme. Le BCG sera administré sans contrôle tuberculinique préalable à tous les enfants non porteurs de cicatrice vaccinale jusqu'à l'âge de 12 ans.
    Présentation : Le BCG commercialisé en Algérie se présente sous forme lyophilisée en flacons multidoses ( 10,20,50 doses), l'ampoule de solvant qui accompagne le vaccin doit être utilisée après réfrigération.
    Conservation : Le vaccin lyophilisé peut être conservé 12 mois à + 4°C à l'abri de la lumière ; l'ampoule de solvant devra être réfrigérée 24 heures avant son utilisation.
    Technique de vaccination :​
    •Reconstitution du vaccin avec le solvant qui aura séjourné 24 h au réfrigérateur
    •Après reconstitution, le vaccin devra être utilisé dans l'heure qui suit
    •Utiliser une seringue jetable à 1 ml : injection par voie intradermique stricte, après nettoyage de la peau à l'éther
    •Injecter 0,05 ce pour les enfants de moins d'un an, et 0,1 ce après 1 an, au niveau de la face antérieure de l'avant bras droit.
    •Il se forme une papule blanche en peau d'orange de 0,5 cm environ
    •Le vaccin restant dans la seringue doit être conservé au frais et à l'abri de la lumière
    Suite de la vaccination :​
    La réaction au BCG se fait secondairement à la diffusion du bacille de l'organisme :
    •La papule disparaît en moins d'une \ heure
    •Apparition d'un nodule à la 3ème semaine
    •Fistulisation centrale du nodule à la 6ème semaine

    •Cicatrisation définitive après chute de la croûte centrale vers la 10èmc semaine Incidents et accidents :
    •Abcès sous-cutanés en cas d'injection trop profonde ou un surdosage

    •Adénite de siège axillaire ou parfois épitrochléenne ; même si l'adénite suppure, la cicatrisation est de règle et l'abstention thérapeutique est de rigueur
    •Un accident exceptionnel peut se voir en cas de déficit immunitaire cellulaire : la BCôite généralisée mortelle
    Contre-indications spécifiques au BCG :​
    -Déficit immunitaire
    -Cas d'infection HIV : dans les pays développés, le BCG est contre-indiqué ; dans les pays sous-développés, il est contre-indiqué chez les malades, mais permis chez les séro-positifs
    Protection conférée par le BCG :​
    Elle n'est pas totale contre toutes les formes de tuberculose, mais son efficacité est presque totale contre les formes graves : méningite et/ou miliaire. Néanmoins, un sujet vacciné fera des formes moins graves que le non vacciné.



    ZI Antidiphtérique-Antitétanique-Anticoquelucheux :
    Les vaccins AD,AT,AC sont toujours administrés en association dans le calendrier national. Présentation :​
    -DTCoq : forme unidose 0,5 ce injectable
    -DT : forme unidose 0,5 ce injectable
    -TetraCoq (DTCoqPolio) : forme unidose injectable
    -AT : unidose 0,5 ce (administré seul chez la femme enceinte, et en cas de plaie)
    Ces vaccins, comme tous les vaccins, seront conservés au réfrigérateur (+4°C à +8°C), et jamais congelés.
    Vaccin antidiphtérique :​
    L'anatoxine diphtérique injectée est une toxine dénuée de toxicité mais antigénique (anatoxine de RAMON).
    Les réactions spécifiques au vaccin anti-diphtérique sont de type allergique (urticaire,cedème,choc), Surtout chez l'enfant de plus de 10 ans et chez l'adulte : c'est pourquoi on utilise pour le vaccin de rappel de 11 ans, le DT adulte dans lequel la dose d'anatoxine est plus faible.
    Vaccin antitétanique :​
    L'anatoxine tétanique est utilisée sous forme adsorbée ou en association avec les vaccins contre la diphtérie et la coqueluche.
    L'efficacité du vaccin est bonne ( 5-10 ans). C'est la vaccination la mieux supportée. Vaccin anticoquelucheuse :
    C'est un vaccin préparé à partir de souches de bacille de Bordet-Gengou. Ce vaccin est présenté sous forme d'émulsion en solution saline de bacilles tués par le formol et contenant un adsorbant.
    Présentation : en ampoule associé au DT​
    Incidents-accidents :​
    Douleurs locales, fièvre à 39°C pendant 48 heures
    Etat de choc : rare, réversible
    Complications neurologiques : convulsions fébriles, encéphalite Contre-indication particulière : tout atcd neurologique
    3/ Anti-poliomyélitique :
    Il existe deux types de vaccins :​
    -Inactivé : par le formol, type SALK ; s'administre par voie injectable
    -Vivant atténué de type SABIN ; s'administre par voie orale
    L'immunité conférée est de type humoral pour les 2 types, avec immunité tissulaire intestinale supplémentaire pour le vaccin oral.
    Les 2 vaccins contiennent les 3 sérotypes du virus polio : I,II,III​
    Ce vaccin sera couplé au vaccin DTCoq et sera administré soit par voie orale ( 2 gouttes sur la langue) : DTCoqPolio ; soit par voie injectable : TétraCoq

    Contre-indication :
    Pas de contre-indication particulière. Mais éviter de vacciner par voie orale un enfant présentant une diarrhée car l'implantation dans le tube digestif risque d'être impossible.
    4/ Anti-rouqeoleux :


    Le vaccin anti-rougeoleux est un vacc'm vivant hyperatténué type SCHWARTZ, administré seul ( dans le programme national) ou associé au vaccin antirubéoleux et anti-ourlien (ROR).
    Présentation :​
    Se présente sous forme lyophilisée en flacon de 10 doses avec une ampoule de 5 ce de solvant. Il existe également en flacons unidoses.
    Conservation :​
    Comme tous les vaccins vivants, le vaccin antirougeoleux est thermosensible : il doit être conservé à +4°C.
    Après reconstitution du vaccin, il doit être utilisé dans les 8 heures en le mettant au frais et à l'abri de la lumière. Le flacon entamé doit être détruit en fin de séance de vaccination.
    Population cible :​
    Doit être administré à tous les enfants dès l'âge de 9 mois, qu'ils aient ou non contracté la rougeole, avec revaccination à l'âge de 6 ans.
    Voie d'administration- Technique vaccinale :​
    Voie injectable : 0,5 ce sous-cutanée​
    Désinfection de la peau à l'alcool​
    La protection conférée par le vaccin est de même type que celle de la maladie, c'est-à-dire solide et durable.

    N.B :Le calendrier national inclut le vaccin anti-hépatite B, et depuis quelques mois, le vaccin anti-Hemophilus Influenzae. Elles seront développées dans le cours.
     
    أعجب بهذه المشاركة العزيزة بالقرآن

مشاركة هذه الصفحة