INFECTIONS URINAIRES BASSE DE LA FEMME

الموضوع في 'الطـــب' بواسطة ورود, بتاريخ ‏25 ديسمبر 2010.

  1. ورود

    ورود عضو نشيط

    INFECTIONS URINAIRES BASSE DE LA FEMME :

    1. le degré d'urgence :


    - Une cystite doit être traitée le plus tôt possible si l'on veut éviter une prolongation de la symptomatologie. Une cystite est bien sûr traité à domicile.

    - Une cystite fébrile n'est plus une cystite mais une pyélonéphrite aiguë avec les risques qu'elle comporte.
    2. les messages :


    - Pollakiurie et douleurs mictionnelles ne sont pas synonymes d'infection.

    - Il n'y à pratiquement jamais de cystites sans pyurie c'est-à-dire au moins 100 000 leucocytes par mm3 à l'examen cytobactériologique urinaire s'il est demandé.

    - Un traitement court (représenté essentiellement par une antibiothérapie à dose unique) est le traitement de choix de la cystite aiguë.

    - L'antibiothérapie ne s'adresse qu'à l'infection vraie.

    - La cause de la cystite aiguë est variable avec l'âge des patientes.

    3. les médicaments, le matériel :


    - Bandelettes pour le diagnostic d'infection.

    - Antibiotiques : Monuril Adulte (sachet per os à 3 g), Péflacine (cp à 400 mg), Uniflox (cp à 500 mg), Uridoz adulte (sachet per os à 3 g).

    4. La confirmation clinique du diagnostic :


    - Urines troubles.

    - Hématurie : la cystite est de loin la cause la plus fréquente d'hématurie chez la femme.

    - L'examen clinique n'est pas contributif pour le diagnostic de cystite mais oriente sur l'étiologie.

    - Les éléments du diagnostic étiologique sont fonction de l'âge :

    . fillette : vulvite,

    . nullipare : cystite déclenchée par les rapports sexuels, à l'examen brides hyménales, reste hyméneaux importants,

    . femme ménopausée : sécheresse vulvaire.

    5. Le protocole de traitement :


    L'antibiothérapie est indiquée en cas d'infection : antibiothérapie à large spectre, active sur les germes à Gram négatif, éliminés par l'urine et à action prolongée permettant une dose unique : Monuril (1 sachet), Péflacine 400 (2 cp), Uniflox (1 cp), Uridoz (1 sachet).

    . On demande à la femme de téléphoner au bout de 24 heures : les symptômes doivent avoir pratiquement disparu.

    - Le traitement des récidives comporte le traitement de la cause quand il est possible.

    - S'il n'est pas possible, traitement hebdomadaire par exemple pendant un temps plus ou moins prolongé.

    6. Les premiers examens paracliniques :


    - L'ECBU n'a d'indication que dans les récidives ou devant des symptômes résistant aux antibiotiques prescrits.

    - Enfin si la bandelette est négative, et alors il faut attendre le résultat de l'ECBU avant d'envisager une thérapeutique antibiotique (rare).

    - L'urographie intraveineuse est justifiée en cas de récidive multiple ou devant l'existence de germes tels Proteus Klebsielle (germes uréasiques favorisant la lithiase), Pyocyanique (traduisant en général un geste endo-uréthral antérieur).

    7. Les trucs du métier, les pièges qu'il faut éviter :


    - Ne pas donner d'antibiotique à une femme qui n'a pas d'infection vraie en particulier pas de pyurie, se méfier des colibacillurie à 103. 104, sans pyurie avec des symptômes importants, ce ne sont pas des cystites.

    - Se rappeler que le terrain habituel des cystites à répétition est la femme nullipare ayant plusieurs rapports sexuels par semaine ou la nullipare ayant des cystites à chaque rapport sexuels plus espacé.

    - Un terrain inhabituel : la multipare n'ayant jamais eu de cystite avant ses accouchements, se méfier actuellement d'une tumeur vésicale sur ce terrain en raison de l'augmentation de la fréquence du tabagisme chef les femmes : faire alors un examen cytologique du frottis urinaire, échographie vésicale, voire cystoscopie en cas de doute.

    - Se rappeler qu'une pyurie sans germe correspond généralement à un traitement antibiotique insuffisant mais que la tuberculose existe encore et se manifeste volontiers de cette façon.

    - Le traitement mono-dose n'a sans doute pas en France la place qu'il mérite, il justifie une explication à la patiente car il ne s'agit en aucun cas d'un traitement minute de la cystite mais les symptômes mettront volontiers 24 h à disparaître après la prise orale du traitement mono-dose.
     
  2. العزيزة بالقرآن

    العزيزة بالقرآن طاقم الإدارة مشرف

    بارك الله فيك أختي ورود على هذه المعلومات
    ونفع بك حبيبتي
     
  3. ورود

    ورود عضو نشيط


    و فيك بارك الله حبيبتي..........

    نورت صفحتك بردك الجميل .............

    شكرااااااااااااااا....................
     
  4. زيان زيان

    زيان زيان عضو مشارك

مشاركة هذه الصفحة