GROSSESSE EXTRA-UTERINE

الموضوع في 'الطـــب' بواسطة ورود, بتاريخ ‏25 ديسمبر 2010.

  1. ورود

    ورود عضو نشيط

    GROSSESSE EXTRA-UTERINE :

    1. Le degré d'urgence :


    La grossesse extra-utérine (GEU) est une urgence chirurgicale qui peut mettre la vie de la patiente en danger. Elle nécessite une prise en charge et un transport médicalisés rapides vers un milieu hospitalier chirurgical, si possible gynécologique.

    2:Les messages


    - Toute femme en période d'activité génitale peut faire une GEU.

    - Tout saignement génital anormal avec douleurs abdominales et retard de règles chez une femme en âge de procréer est jusqu'à avis contraire une suspicion de GEU.

    - Tout état de choc hémorragique (en dehors d'un traumatisme évident) chez une femme en âge de procréer est jusqu'à avis contraire une rupture de GEU.
    3: Les médicaments, le matériel :


    - Cathéter courts de perfusion périphérique.

    - Soluté de remplissage vasculaire (sérum salé ou mieux macromolécules).

    - Doigtier stérile pour toucher vaginal (TV).
    4.La confirmation clinique du diagnostic :


    Si la GEU est rompue le tableau clinique est évident : c'est celui d'une hémorragie avec hémopéritoine chez une femme en âge de procréer, qu'elle se sache enceinte ou pas

    * tachycardie avec pouls rapide, filant,

    * plus rarement bradycardie relative (douleurs pelviennes importantes avec réflexe vagal),

    * chute de la pression artérielle,

    * décoloration des conjonctives,

    * signes généraux soit, extrémités froides, angoisse, agitation ou prostration.

    - La notion de grossesse à son début ou simplement l'association d'un retard de règle, de douleurs abdominales ou pelviennes et d'un saignement génital anormal, suffiront à confirmer le diagnostic.

    Si la GEU n'est pas rompue, l'association retard de règles + douleurs abdominales + métrorragies doit faire rechercher au TV une masse latéro-utérine douloureuse, une sensibilité d'un cul-de-sac de Douglas, et en début de grossesse un utérus de taille plus petite que le terme
    .

    5. Le protocole de traitement :

    A l'extérieur de l'hôpital


    - GEU rompue : la prise en charge par le SAMU est indispensable, tant pour la mise en condition que pour le transport vers l'hôpital. Il faudra préciser qu'il s'agit d'une suspicion de rupture de GEU et donner une brève description de l'état clinique de la patiente. Le médecin régulateur du SAMU pourra donner des conseils thérapeutiques en attendant l'arrivée de l'équipe médicale du SAMU. En attendant le SAMU la patiente devra être allongée, les jambes surélevées. Si le médecin en a la possibilité il posera un abord veineux périphérique (le plus gros calibre possible). Il devra alors débuter un remplissage vasculaire (macromolécules de type Plasmion de préférence ou sinon sérum salé). Il prélèvera si possible en même temps un tube sec de sang, qui servira par la suite à déterminer le groupe sanguin de la patiente. Un apport en oxygène (3 l/min.) par sonde nasale ou au masque peut s'avérer utile.

    - GEU non rompue : la prise en charge par le SAMU est aussi indispensable ici, car il y a un risque permanent de rupture de la GEU. La patiente sera surveillée par le médecin jusqu'à la prise en charge médicalisée. La pose d'un abord veineux périphérique d'attente est utile.

    - En SMUR le remplissage vasculaire sera continué en fonction de l'état hémodynamique de la patiente. L'utilisation d'une ceinture anti-G est intéressante car elle arrête l'hémorragie dès lors que la sangle abdominale est gonflée
    .

    6. Les premiers examens paracliniques :


    - GEU rompue : le seule examen biologique indispensable est le groupe sanguin avec recherche d'agglutinines irrégulières. Les autres examens (NFS, hématocrite...) ne devront pas retarder le seul traitement possible qui est l'hémostase chirurgicale.

    - GEU non rompue : la confirmation du diagnostic pourra être obtenue par un dosage des bêta HCG, une échographie pelvienne, puis par une cœlioscopie
    .

    7. Les trucs du métier, les pièges qu'il faut éviter :



    - L'hypovolémie peut être sous-estimée chez des patients jeunes et en bonne santé : la pression artérielle restera longtemps normale alors que la patiente a perdu une grande quantité de sang.

    - Une femme peut ne pas encore savoir qu'elle est enceinte.

    - Il faut enfin se souvenir des terrains à risque de GEU : antécédents de GEU, de chirurgie tubaire, d'ovulation induite, d'infections génitales hautes, mais aussi présence d'un stérilet ou pilule du lendemain.





















     
  2. زيان زيان

    زيان زيان عضو مشارك

مشاركة هذه الصفحة